Bordeaux

Dans sa conception actuelle, le musée d’Aquitaine a été officiellement créé en 1962 à l’initiative du muséologue Georges Henri Rivière qui avait été chargé de la réorganisation des musées d’histoire, archéologie et ethnologie après la guerre. Les nouveaux musées devaient s’appuyer sur la recherche scientifique et proposer l’histoire de la région des origines à nos jours. Dans un premier temps, le musée d’Aquitaine a partagé le bâtiment du musée des beaux-arts dont il occupait l’aile nord. Dans les années 1970, il est décidé d’installer le musée d’Aquitaine cours Pasteur, dans les anciens locaux de la faculté des sciences et des lettres de Bordeaux construite à la fin du XIXème siècle, sur l’emplacement du couvent des Feuillants où Michel de Montaigne fut enterré en 1592. Une ambitieuse politique d’acquisition est alors menée en parallèle aux travaux de rénovation du bâtiment qui ont lieu de 1982 à 1986 et le nouveau musée ouvre ses portes au public en 1987. Sa création a donné lieu au rassemblement d’un grand nombre de collections de plusieurs musées dispersés dans la ville qui ont connu une histoire complexe.

PhotoObjetDescription
12692.png
12695
Longue et mince section de bambou avec plusieurs nœuds et percé d’un trou. Une seule extrémité est fermée. Un nœud est à environ 8 cm de l’autre extrémité ouverte qui est taillée en biseau. Le bambou n’est décoré de petits motifs très variés que sur une partie de sa surface : animaux, plantes…
12701-1.png
12701

Long bâton droit et cylindrique terminé par une touffe de cheveux entortillés, fixée à l’extrémité d’un manchon en bourre de coco tressée. Cette vannerie très fine est décorée de motifs géométriques noirs (surliures en cheveux). Le corps du bâton est gravé de 3 tiki et se rétrécit vers son extrém...

n14340.png
14340
La première broche est composée d’une lame d’écaille de tortue en S à laquelle sont attachées 4 rangées de dents de dauphins enfilées et un faisceau de perles de verroterie. La deuxième, aussi avec une lame en écaille de tortue et des dents de dauphins est constituée de plusieurs perles dont une gro...
12696.png
12696
Une extrémité est fermée par le nœud, l’autre est ouverte. Le bambou est percé de 3 trous, d’environ 0,5 cm de diamètre, dans le même axe respectivement à 1, 29,5 et 37,7 cm de l’embouchure. Le tube est gravé de nombreux motifs bien nets dont des doubles triangles : hiku atu disposés par paires, des...
12705.png
12705
Statuette de tiki, à la tête presque triangulaire rejetée en arrière (évoque la poigné en forme de tête de certains pilons de Ua Pou et de Nuku Hiva), les yeux latéraux, le nez épaté, la bouche largement fendue d’où dépasse la langue. Les bras fins et pliés, légèrement décollés du buste se terminent...
12719.png
12719
Coquillage percé sur le côté de l’apex, autour du trou il reste de la colle végétale qui retenait l’embouchure aujourd’hui disparue. Les touffes de cheveux sont attachées au coquillage par des tresses en bourre de coco qui passent à travers un cylindre en os gravé d’un tiki (ivi po’o) et entourent l...
11

Copyright 2018 Musée de Tahiti et des îles | All Rights Reserved | Téléphone : 40 548 435 | Télécopie : 40 584 300 | Tous droits réservés Mentions légales | Design by TPP Conseil