Bordeaux

Adresse: 3 ter, place de la Victoire, 33076 Bordeaux Cedex

Téléphone: 05 57 57 18 97 ; 05 57 57 31 63

Contact: Solenn Nieto, chargée des collections : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Histoire du Musée et des collections

"Second musée d'ethnographie ouvert en France après celui du Trocadéro, il est encore à ce jour le seul établissement universitaire de ce type détenant des collections d'un intérêt historique et scientifique incontestable"

A l'origine, musée de pathologie exotique et d'études coloniales, il a été créé en 1894, sous la direction du professeur A. Le Dantec (médecin de Marine) et de Paul Lemaire, secrétaire général de la faculté de Médecine et de Pharmacie, son premier conservateur. Avec l'arrivée massive d'objets ethnographiques, il devient musée d'ethnographie et d'études coloniales. Ces collections proviennent d'anciens élèves de "l’Ecole principale de Santé de la Marine" qui avaient suivi les cours de la "Faculté de Médecine de Bordeaux". Ces donateurs "en poste dans les colonies souhaitaient éclairer leurs cadets sur les mœurs et les us et coutumes de populations encore mal connues".

A partir de la première guerre mondiale, ses salles d'exposition permanente situées dans l'Université reçoivent progressivement une autre affectation. Ne subsistent à partir de 1947 que quelques objets montrés dans des vitrines situées dans les galeries qui seront démontées au début des années 1990.

La rénovation du musée commence au début des années 2000 par un important chantier des collections comprenant catalogage, inventaire rétrospectif et conservation des objets. De nouvelles missions sont alors attribuées au Musée :

  • l'étude, la gestion et la valorisation de collections historiques d’ethnographie extra-européenne,
  • l'enseignement et la formation professionnelle,
  • l'animation culturelle,
  • et surtout, la médiation scientifique et la diffusion de la recherche au moyen d’expositions temporaires annuelles.

Le musée rénové ouvre ses portes en 2011, il recèle actuellement environ 5500 objets ethnographiques d'origine extra-européenne. Ils ont été offerts par des médecins militaires, et d'autres et proviennent aussi d'achats, mais principalement de l'ancien musée d'ethnographie du Trocadéro (à partir de 1900), originaires pour l'essentiel d'Asie et du musée Guimet de Paris. Ces artefacts ont été collectés au XIXème siècle, surtout en Asie Centrale, en Indochine, dans les anciens comptoirs français de Chine, en Sibérie, mais aussi en Afrique. Le Musée compte aussi quelques objets d'Arctique, d'Amérique et d'Océanie. Il renferme une importante collection de photographies.

 

Références en 2019 :

  • Chave-Dartoen, Sophie, 2016, Musée ethnographique de l'Université de Bordeaux, in Culture et Recherche, n°133, p. 47-48
  • Mériot, Christian, 2001, Les collections du musée d'ethnographie de l'Université de Bordeaux II, in RFHOM, T. 88, n°332-333.
  • Vivez J., 1968, Les collections ethnographiques de la ville de Bordeaux, I - Océanie - Etude demandée par le service des Beaux-arts (de Bordeaux ?), document tapuscrit
  • Sites internet consultés en juillet :

https://meb.u-bordeaux.fr/Le-musee

Zytnicki, Colette, 2007, Le musée colonial de Bordeaux, 1901-1937, Apr 2007, Lyon, France. 9 p. HAL Id : halshs-00188628

PhotoObjetDescription
201612571.jpg
2016.1.257

De longues lanières en écorce interne de purau (Hibiscus tiliaceus) sont nouées sur une chaine constituée d'un lien réalisé avec la même matière, mais ici les fibres sont toronnées. Le dispositif des lanières verticales est consolidé pour empêcher qu'elles ne se mêlent au niveau des hanc...

995162.jpg
995.1.6

Belle Herminette taillée dans une roche dure et dense, à grains très fins, de couleur grise très foncée à la surface et très finement polie. Elle est à tenon de section à peu près circulaire avec un épaulement latéro-frontal bien marqué pour faciliter la fixation de la lame sur le manche, cette z...

52.jpg
2014.1.430

Hameçon composite constitué d'une plaque en nacre, d'une pointe en os et des liens en fibres végétales. La plaque en nacre est de forme en amande allongée, plus épaisse à son extrémité proximale épointée de section triangulaire. A cet endroit, elle est percée transversalement dans sa partie haute...

8443.jpg
Oc 56 ; ancien numéro : A 844 barré

Le fait qu'il soit abîmé est intéressant, car il permet de voir que les coquillages percés au niveau de la dernière spirale sont enfilés sur un fil de taille moyenne blanc sur un seul rang. Ils se superposent légèrement pour ne pas laisser voir le fil. Cette guirlande est enroulée sur un boudin r...

10.jpg
Oc 55

Ornement dont on ne voit que les coquillages enfilés disposés régulièrement tous de la même manière légèrement superposés. Les rangées jointives sont disposées perpendiculairement à la couronne.

oc-56.jpg
Oc 57

Le fait qu'il soit abîmé est intéressant, car il permet de voir que les coquillages percés au niveau de la dernière spirale sont enfilés sur un fil de taille moyenne blanc sur un seul rang. Cet enfilage fait le tour d'un boudin réalisé avec des tissus blancs tordus très serrés. Les coquilles sont...

90242.jpg
902.4.1

Tambour dont le fût cylindrique en bois est couvert sur sa partie haute d’une peau tendue, incomplète. Le mode de laçage très complexe des cordes de tension de la peau est caractéristique des tambours marquisiens. Le cerceau auquel ces ligatures étaient attachées a disparu. La caisse de résonance...

90241.jpg
902.4.2

Tambour réalisé dans une seule pièce de bois cylindrique légèrement cintrée. La caisse de résonance est trois fois plus haute que le piédestal, et un peu plus étroite que celui -ci.

Cet objet présente les caractéristiques des tambours à membrane des îles Marquises :

- une caisse d...

54

Copyright 2018 Musée de Tahiti et des îles | All Rights Reserved | Téléphone : 40 548 435 | Télécopie : 40 584 300 | Tous droits réservés Mentions légales | Design by TPP Conseil